Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1

Dialyse, dons & greffes d'organes à la télé

Le petit écran consacre de temps à autre des reportages, voire des émissions entières, au sujet des dons et des greffes d'organes.

A cette occasion, il arrive que le thème de la dialyse soit abordé, avec plus ou moins de justesse. La plupart de ces programmes, qui se veulent éducatifs, n'apprendront que peu de choses à ceux qui vivent au jour le jour au contact de la maladie. Il n'en reste pas moins qu'ils sont souvent illustrés par des témoignages très riches et valent sans aucun doute la peine d'être visionnés. Une des difficultés, et non des moindres, est de pouvoir se procurer les enregistrements !

Voici quelques unes des émissions diffusées ces derniers mois, classées dans l'ordre chronologique :

Savoir plus Santé - Greffes : état d'urgence

logo France 2Présentée par Martine Allain-Régnault (diffusion le 16/11/96)

 

J'ai donné le coeur de mon fils

Le don d'organes en France pose un vrai problème parce qu'on manque d'organes à greffer. Bien des morts auraient pu être évitées si on avait disposé au moment voulu de l'organe de remplacement. Par ailleurs, faire le don d'un organe après un décès est un choix extrêmement douloureux et difficile. Il faut admirer ici le courage et la dignité de cette mère qui a accepté de donner un organe de son fils décédé.

 

Je vis avec le coeur d'un autre

La greffe d'un coeur n'est plus une découverte aujourd'hui. Ce greffé vit avec sa greffe d'une manière tout à fait normale.

 

J'ai reçu 6 organes

Si la pénurie de greffes pose un problème, c'est surtout parce que de plus en plus d'indications médicales peuvent y recourir alors que les dons eux sont limités. Ce qui montre aussi les succès de la médecine dans ce domaine. Dans le cas de ce patient anglais, ce sont pas moins de six organes différents qui lui ont été greffés.

 

J'ai refusé de donner

La progression de la médecine fait que l'on a besoin de plus en plus d'organes différents, mais en face, il y a des familles qui perdent des proches et doivent admettre que cette mort va s'accompagner d'une demande douloureuse avec un choix difficile à la clé : faire le don d'un organe de ce proche disparu. La décision est évidemment totalement libre. Toutes les familles n'ont pas envie de dire oui, c'est le cas de Michel qui nous en explique les raisons.

 

Nous prélevons les organes

Avant une greffe, il y a un prélèvement. On ne trouve pas systématiquement la pratique du prélèvement dans les hôpitaux. Ainsi, celui de Valenciennes, qui est un hôpital important, vient seulement de la mettre en place. Comment cela s'organise-t-il ? Quels problèmes cela pose ?

 

J'attends un rein

Si on a tant besoin de greffes, c'est parce que le verdict de la vie ou de la mort est suspendu à cette attente. Ce n'est pas le cas pour le rein. Le patient n'est pas tributaire de la greffe, il peut attendre très longtemps le don grâce à la dialyse. Elle permet une vie normale bien que très contraignante à cause des nombreuses séances qu'elle nécessite. En voici un exemple précis avec Francis qui est insuffisant rénal depuis 14 ans.

Ca se discute : les dons d'organes.

logo France 2Emission présentée par Jean-Luc Delarue, diffusée le 1er décembre 1999.

Comment vit on avec les organes d'un autre ? A t-on le droit de disposer du corps d'un mort ?
Quelques éléments de réponse à travers les témoignages de plusieurs malades, greffés ou en attente.

A noter le reportage consacré à Emilie Decaens, 25 ans, dialysée et en attente d'une greffe de rein, ainsi que le témoignage de Jean-Pierre Monaco, 46 ans, greffé après 6 ans de dialyse.

La vidéo de l'émission peut être commandée au format VHS-SECAM (38 Euros l'unité) sur la boutique de Réservoir Prod.

Jour après Jour - Spécial greffes

logo France 2Emission présentée par Jean-Luc Delarue, diffusée le 10 décembre 2001.


Les greffes : une deuxième chance pour la vie

"Ils sont 6000 français en attente d'un don d'organes. Pour nous aider à mieux comprendre la thérapeutique des greffes et témoigner des nouvelles perspectives, Christophe, Florian, Jean-Pierre et Saskia ont accepté de nous faire partager leurs moments de doute et d'espoir avant, pendant et après leur opération. Une greffe qui est la seule réponse possible à leur maladie et celle qui leur permettra peut-être de vivre une vie quasiment normale. Pendant plusieurs mois, ils ont ouvert leurs portes aux équipes de "jour après jour".

A noter le reportage consacré à Christophe, 29 ans, atteint de la maladie de Berger et dialysé depuis quelques mois, à qui l'on greffe le rein donné par sa femme, Isabelle.

La vidéo de l'émission peut être commandée au format VHS-SECAM (38 Euros l'unité) sur la boutique de Réservoir Prod.

Savoir plus Santé - Dons d'organes

Logo France 2Présentée par Martine Allain-Régnault (diffusion le 16/06/01)

Les greffes d'organes font re-vivre chaque année des milliers de personnes. Coeur, foie, poumons, reins, pancréas... Mais qui dit greffé, dit donneur. Or le succès croissant de cette chirurgie augmente les indications thérapeutiques... et les listes d'attente. Et le recours récent aux donneurs vivants ne suffit pas. A la veille de la Journée Nationale de Réflexion sur le Don d'Organes, Martine Allain-Regnault et Laurent Broomhead, posent clairement le problème de conscience de toute une société.

 

J'ai deux poumons

Atteint de mucoviscidose, Thierry, 31 ans, a été greffé des deux poumons. Depuis, il est papa de jumeaux et travaille dans la communication. La vie est belle !

J'ai donnée une partie de foie à ma soeur

Béatrice apprend qu'un cancer du foie très agressif la condamne à brêve échéance. Seule une greffe peut la sauver en extrême urgence. En l'absence d'un donneur en coma dépassé disponible, sa s¦ur Christelle propose de lui donner un morceau de son foie. Aujourd'hui elles vont bien toutes les deux.

J'ai donné les organes de mon fils

Christiane et Dominique racontent comment, en plein drame, ils ont pris la décision généreuse de donner les organes de leur fils Guillaume, 19 ans, victime d'un accident de voiture.

La greffe coeur - poumon

En 1997, Serge avait subi une greffe coeur-poumons. Filmé à l'époque par Savoir Plus Santé pendant son intervention, il témoigne avec quatre ans de recul du bonheur d'avoir pu bénéficier du coeur et des poumons d'un autre.

Ici, on prélève les organes

Comme de nombreux hôpitaux de France, celui de Brest est un établissement ou l'on pratique des prélèvements. L'organisation complexe que nécessite un don et un prélèvement d'organes est dirigé par une coordinatrice spécialement formée. Elle exige la participation de nombreuses compétences.

Ca se discute : la liberté retrouvée.

Logo France 2Emission présentée par Jean-Luc Delarue, diffusée le 12 décembre 2001.

Faut-il avoir peur de la liberté quand on en a été longtemps privé ?
Luis a 23 ans. En avril 2000, il a eu un malaise dans le métro. Après un examen à l'hôpital, on lui annonce qu'il n'a plus de rein et qu'il faut qu'il aille en dialyse immédiatement. On l'inscrit directement sur les listes d'attente de greffe. Le médecin lui montre des vidéos de gens dialysés. Il se dit : "Cela n'est pas pour moi, je n'y arriverai jamais. Au départ, on pense que c'est le bagne, la prison, que c'est ça qui va régler notre vie". Sa vie tient aujourd'hui à une machine, une dépendance qu'il avait constamment à l'esprit au début. Depuis un an et demi, il va 3 fois par semaine au centre d'hémodialyse pour des dialyses de 5h. Autrefois super actif, il a, maintenant, beaucoup moins d'activités. A cause de la fatigue et du temps consacré aux dialyses, il a aussi dû renoncer à des projets de voyages.

La liberté retrouvée

La vidéo de l'émission peut être commandée au format VHS-SECAM (38 Euros l'unité) sur la boutique de Réservoir Prod.