Les dernières actualités

Don d'organes : le décret qui précise les modalités d'expression du refus est paru

Mis à jour le jeudi, 18 août 2016 09:58 - Écrit par Renaloo le jeudi, 18 août 2016 09:58

Depuis 1976 et la loi Cavaillet, chaque français est présumé favorable au don de ses organes sauf s'il s'y oppose de son vivant.

En 1994, la première loi de bioéthique a précisé les conditions du consentement présumé : registre des refus, dialogue avec la famille pour rechercher la position du défunt sur le don d’organes.

Porté par le professeur Jean-Louis Touraine et le docteur Michèle Delaunay, un amendement à la loi de santé présenté à l’assemblée nationale en 2015 a proposé qu’en l’absence d’inscription au registre des refus, le prélèvement soit considéré comme "consenti", sans implication des proches dans la démarche.

Face au tollé provoqué - auquel Renaloo s'était associé - le texte finalement adopté s'est éloigné de la version initiale, en rappelant que le refus du don d’organe devrait pouvoir s’exprimer par d’autres moyens (à préciser par décret) que la seule inscription au registre des refus. A l'issue d'une large concertation, à laquelle Renaloo a participé, ce décret a été publié au journal officiel le 14 août dernier.

Au total :

Cette attestation écrite et signée par un proche constitue la seule vraie différence avec la procédure actuelle. Elle confére au recueil de l'opposition du défunt, exprimé mais non formalisé, un caractère plus solennel. Renaloo se réjouit de l'évolution de ce texte, dont l'impact sur les pratiques devrait être modéré.

Nous avion rappelé notre position dans une tribune publiée le samedi 28 mai dans le Journal International de Médecine.