Les dernières actualités

Contribution de Renaloo à la Stratégie Nationale de Santé

Mis à jour le vendredi, 20 octobre 2017 09:04 - Écrit par Renaloo le jeudi, 19 octobre 2017 09:54

La stratégie nationale de santé 2017-2022 (SNS) a été présentée par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, le 18 septembre dernier. Malgré un calendrier d'élaboration très court, Renaloo a été en mesure de remettre au Ministère de la santé sa contribution ce jeudi 19 octobre. 

80 000 patient-e-s dont les reins ne fonctionnent plus sont actuellement traités par dialyse (45 000, 56%) ou par transplantation rénale (35 000, 44%).
Ce sont des traitements vitaux, très lourds, dont l’impact sur la vie des personnes, en particulier pour la dialyse, est considérable.

Les Etats Généraux du Rein, dont les conclusions ont été partagées par de nombreuses institutions à plusieurs reprises depuis 2013 (HAS, Cour des comptes, HCAAM…), ont mis en évidence des difficultés importantes : une prise en charge globalement non optimale, des parcours souvent chaotiques, de grandes disparités géographiques et sociales dans l’accès aux traitements, la réalisation et le financement de soins inappropriés, une information imparfaite et l’absence de libre choix des patients, le tout pour des coûts très élevés pour notre système de santé.

Le nombre des patients nécessitant un remplacement rénal augmente d’environ 4% chaque année.
Ainsi, si rien n’est entrepris, ils seront 110 000 en 2022, dont plus de 60 000 dialysé-e-s.
Le coût de leur prise en charge avoisinera les 5 milliards d’euros par an (versus 4 milliards actuellement).

Dans ce contexte, il est crucial d’agir, en tenant compte de la situation et de la voix des patients dans la future Stratégie Nationale de Santé (SNS).

Nos propositions sont ambitieuses et réalistes, elles visent à la fois à améliorer la qualité des soins et de la vie des patient-e-s, l’efficience des soins qu’ils reçoivent, mais aussi à stabiliser le nombre total de patients traités par dialyse ou greffe. Elles ont fait l’objet de simulations médico-économiques, qui montrent leur pertinence. Elles s'articulent autour des grands axes de la SNS :

- La prévention : ralentir ou stopper l’évolution des maladies rénales en permettant à tou-te-s les patient-e-s dont le diagnostic d’insuffisance rénale modérée ou évolutive est posé d'accéder à un parcours structuré de protection rénale

- La lutte contre les inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé, notamment en ce qui concerne l’accès à la transplantation rénale, par une stratégie volontariste d’accès à la liste d’attente et de développement de tous les types de prélèvements d’organes (donneurs vivants et décédés)

- La pertinence et la qualité des soins : en priorisant l’accès à la greffe, traitement le plus efficient, en mettant en oeuvre une dialyse libre, choisie, adaptée, optimisée pour chaque patient-e (durée, fréquence, qualité, lieu, autonomie, transports, etc.) et en améliorant l’accès au traitement palliatif conservateur comme alternative à la dialyse pour les patient-e-s très âgé-e-s ou en fin de vie

- L’innovation organisationnelle, médicale et technologique : en passant à des modalités de financement agiles, conçues pour améliorer la qualité des soins et garantir la pérennité de leur prise en charge, tout en incitant aux meilleures pratiques et à une coordination optimale des parcours. En ce sens, l’ouverture et le recours aux données de santé pourrait utilement éclairer et aider les parties prenantes à la décision.

> Télécharger la contribution de Renaloo à la Stratégie Nationale de Santé