Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

Communiqué - La réforme des financements de l’IRC annoncée par le Président de la République, une décision nécessaire et historique

Mis à jour le mercredi, 19 septembre 2018 04:10 - Écrit par Renaloo le mercredi, 19 septembre 2018 03:57

La réforme annoncée ce mardi 18 septembre par le Président de la République prévoit la création dès 2019 de financements au forfait pour la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique, dont la pertinence sera mesurée à partir indicateurs de qualité, issus notamment des patients. 

Cette décision, que nous réclamions de très longue date, constitue un tournant majeur pour apporter des améliorations profondes et indispensables à la prise en charge de l’insuffisance rénale en France.

Ses modalités de tarification actuelles sont en effet un frein au développement des pratiques qui peuvent améliorer les parcours des patients, leur autonomie et leur qualité de vie. Ces difficultés ont été mises en évidence ces dernières années par de nombreux travaux : Etats Généraux du ReinCNAMTSHaute Autorité de SantéCour des comptesHCAAM, etc. 

Nous souhaitons que cette réforme permette la mise en œuvre de stratégies efficaces de prévention et de ralentissement des maladies rénales, de faire de la greffe le traitement prioritaire et majoritaire pour les patients dont les reins ne fonctionnent plus, le renforcement de leur accès à la dialyse autonome, l’amélioration de la qualité et la personnalisation de la dialyse, ainsi que les alternatives proposées aux patients en fin de vie. Elle devra contribuer à combattre avec vigueur les grandes inégalités géographiques et sociales qui jalonnent les parcours des malades. Enfin, elle devra conduire à humaniser les prises en charge, à généraliser l’information, l’accompagnement, le renforcement des capacités des patients, leur participation active aux décisions médicales qui les concernent et à l’évaluation de la qualité des soins qu’ils reçoivent.

Nous avons pu rappeler nos demandes et propositions dans ce sens lors de notre audition par la task force sur la réforme du financement portée par Jean-Marc Aubert ce lundi 17 septembre.

Nous souhaitons bien entendu continuer à être étroitement associés à l’élaboration de ces financements aux parcours et dans la définition des indicateurs de qualité sur lesquels ils s’appuieront.

Le plus difficile reste désormais à faire : appliquer cette réforme de manière éclairée et efficace.
Ses porteurs pourront compter sur le soutien des patients pour y parvenir. Nous sommes remplis d’espoir, mais nous resterons aussi vigilants.

> Voir les annonces du Président de la République sur "Ma santé 2022"

> Voir le rapport "Modes de financement et de régulation" de la Task force Aubert 

 

Quelques chiffres

– Entre 2 et 3 millions de personnes en France sont concernées par une maladie rénale. La plupart l’ignorent

– 85.000 personnes traitées pour une insuffisance rénale terminale : 55% (47.000) sont dialysées et 45% (38.000) transplantées

– La greffe est le traitement le plus efficace, pour tous les groupes d’âges. Elle améliore considérablement l’espérance et la qualité de vie en comparaison à la dialyse. Son coût est également très inférieur pour le systéme de santé.

– Près de 18.000 patients ont attendu un rein en 2016, 3.500 d’entre eux ont effectivement été transplantés dans l’année

– Leur prise en charge représente 4 milliards d’euros/an pour l’Assurance Maladie (3% des dépenses, en augmentation de 2,5 à 3% par an)

– Plus de 80% de ce montant est consacré à la dialyse

– Le nombre de patients dialysés croit de 4 à 5% par an

– Leur qualité de vie est très dégradée et leur mortalité très élevée (médiane de survie 5 ans, tous âges confondus)

– Un tiers d’entre eux a démarré la dialyse en urgence

– 10% des patients qui débutent la dialyse chaque année et 14% des patients dialysés ont plus de 85 ans

– En 2022, si cette progression se poursuit, près de 110 000 patients seront traités pour une dysfonction permanente et définitive des reins, pour un coût proche de 5 Md€. Plus de 70% d’entre eux auront plus de 60 ans et près de 45% auront plus de 75 ans

 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.