Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

Mardi 21 mai 2019, l'émission "enquête de santé" sur France 5 sera consacrée à l'insuffisance rénale

Mis à jour le dimanche, 14 juin 2020 10:53 - Écrit par Renaloo le jeudi, 16 mai 2019 08:22

Voici tout juste un an, l'émission Enquête de santé était consacrée à l'insuffisance rénale et à ses traitements par greffe et dialyse. Et elle a fait grand bruit.

Magali Leo, responsable du plaidoyer de Renaloo, a participé à la fois au documentaire "La bataille du rein", réalisé par Bruno Timsit, ainsi qu'au débat qui a suivi sa diffusion, avec le Pr Gabriel CHOUKROUN, président de la SFNDT, le Pr Arnaud MÉJEAN, chef de service d'urologie à l'HEGP, ainsi que Bruno TIMSIT, réalisateur du documentaire "La bataille du rein".

Bruno Timsit, qui a travaillé pendant plusieurs mois sur le sujet, soulève une grosse problématique, celle de l'utilisation sans doute abusive de la dialyse dans notre pays. En effet, certains centres médicaux privés et certains néphrologues s'enrichiraient en abusant de la pratique de la dialyse et freineraient le développement de la greffe en France.

Un business juteux pour les établissements, une malédiction pour les patients

Bruno Timsit, réalisateur du documentaire, explique : "Personne n'en parle, pourtant c'est un rapport de la cour des comptes datant de 2015 qui a, chiffres à l'appui, relevé les problèmes dans l'économie de l'insuffisance rénale en France. Il faut noter que le problème est double : d'une part, certains centres spécialisés et certains néphrologues s'enrichissent avec la dialyse au détriment de l'assurance maladie. Et d'autre part, le sort des malades est en jeu. La dialyse est beaucoup plus éprouvante pour eux que la greffe.

Des techniques d'intimidation

Un des enjeux, c'est la peur qu'ont les patients de témoigner de ce qu'ils vivent en dialyse.  Une personne témoigne mais de manière anonyme car ces patients sont sous la responsabilités d'équipes médicales et sont finalement très dépendants de celles-ci. Un homme qui s'était exprimé dans la presse écrite a refusé par exemple. Il aurait, après son témoignage, été menacé par le centre qui le suit en dialyse de voir son dossier retardé pour une greffe à venir…

Les néphrologues ne sont pas épargnés

Du côté des praticiens, le professeur Lionel Rostaing, très reconnu dans sa profession esr l'un des rares médecins à s'inquiéter publiquement de ces pratiques.

Il avait accepté de s'exprimer, conscient que, pour que les choses avancent, des médecins devaient prendre la parole. Il avait dénoncé déjà les abus de sa profession dans la presse écrite. Mais le jour de notre tournage rien ne s'est passé comme prévu. Il nous a expliqué qu'il avait des plaintes en diffamation qui courraient contre lui, une de la part d'un syndicat de néphrologues et une autre venant du conseil de l'ordre des médecins. Il a donc refusé de s'exprimer sur ces abus quand la caméra tournait. Je pense que malgré la renommée mondiale de ce professeur, nous avions face à nous un homme qui avait peur… Il est tout de même attaqué par ses confrères ! Nous avons fait le choix d'enregistrer l'évocation de ces menaces et de la montrer au grand public…

Bref, rien n'est simple dans le monde du rein, et lorsque des initiatives telles que cette émission voient le jour ce n'est jamais dans la sérénité. Du reste, elle a donné lieu à l'exclusion de Renaloo par la société savante de néphrologie (SFNDT).

Magali Leo est également intervenue sur le même sujet en direct sur CNews le 22 mai 2019, dans l'émission Morandini Live à partir de la minute 37:38.- 

> Voir le site de l'émission

 

2 commentaires
 
-2 # Chile53 - Le 21 mai 2019 à 08h48
Félicitations à Magali Léo !! très bonne intervention, courageuse. Très bonne défense des intérêts des malades rénaux. Face à la mauvaise fois des intervenants elle a su les affronter avec des arguments à l’appui et très convaincants.
 
 
-2 # Bea3872 - Le 22 mai 2019 à 06h05
J'ai suivi avec grande attention l'émission d'hier. J'ai trouvé les interventions de Renaloo très percutantes et sans dénigrer le corps médical, il est tout à fait vrai et réel que le parcours de greffe manque de transparence. Je suis dans cette situation opaque en contre indication pour un surpoids (iMc à 30) alors que je suis jeune en activité et bonne forme malgré l irc.
 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.