Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

intégration de l'EPO dans le forfait de dialyse : les recommandations de l'IGAS

Mis à jour le dimanche, 10 octobre 2010 08:46 - Écrit par Yvanie le jeudi, 16 septembre 2010 11:13

intégration de l'EPO dans le forfait de dialyse : les recommandations de l'IGAS

L'Inspection Générale des Affaires Sociales, saisie en mars 2010 par le Ministère de la Santé sur la prise en charge de l'insuffisance rénale terminale en France, vient de rendre la première partie de sa copie : un rapport consacré exclusivement à l'intégration de l'erythropoïétine (EPO) dans le forfait de dialyse.

On se souvient qu'un projet d'arrêté tarifaire prévoyant cette mesure avait fait polémique à son annonce en janvier dernier. La mobilisation conjointe des associations de malades et de professionnels avait conduit quelques mois plus tard au report du projet.

Les conclusions de l'IGAS vont dans le sens des préoccupations des usagers, puisqu'elle recommande de ne pas intégrer l'EPO dans les forfaits de dialyse.

Elle s'appuie en cela sur plusieurs constats, principalement :

  • le risque de diminution de la qualité des soins (restrictions sur les prescriptions),
  • le risque de prescriptions complémentaires permettant aux patients de se procurer l'EPO en officines de villes
  • le faible impact économique à attendre de cette mesure, la majorité des prescriptions d'EPO étant actuellement destinée aux patients atteints de cancers...

En attendant la suite des analyses de l'IGAS, on peut d'ores et déjà regretter que la transplantation rénale soit à ce jour totalement absente de ses travaux, comme des différentes lettres issues de mission du Ministère de la Santé.

Une amélioration de l'accès des patients à la greffe serait de manière évidente la mesure la plus efficace pour diminuer les coûts de prise en charge de l'IRCT en France avec une économie annuelle substantielle de l’ordre de 50 à 60 000 euros par greffe à partir de la seconde année et, bien sûr, l’amélioration de la qualité de vie du malade ! C'est un peu dommage, pour notre système se santé comme pour les patients, que l'IGAS semble l'ignorer...

 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.