Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

Une EPO d'un genre nouveau

Mis à jour le jeudi, 02 décembre 2010 12:17 - Écrit par Yvanie le jeudi, 02 décembre 2010 12:02

Une EPO d’un genre nouveau

Le FG-2216 sera peut-être le médicament utilisé à l’avenir pour corriger l’anémie des insuffisants rénaux. De quoi s’agit-il ? D’un agent stimulant de l’érythropoïèse d’un genre nouveau, puisqu’il stimule la production d’EPO (érythropoïétine) en passant par une voie de signalisation inexplorée jusqu’à présent : la sensibilité à l’hypoxie. Des Allemands dirigés par le Dr Wanja Bernhardt ont ainsi montré que la molécule stimule la production d’EPO chez 12 hémodialysés, dont 6 néphrectomisés, et 6 volontaires sains.

Ces résultats montrent que la baisse d’EPO au cours de l’insuffisance rénale n’est pas uniquement due à une destruction du parenchyme rénal, mais aussi à une perte de sensibilité à l’hypoxie. En cause, un facteur de transcription inductible par le manque d’oxygène (HIF pour hypoxia inducible transcription-factor), qui ne l’est plus. C’est ainsi que les chercheurs ont testé un inhibiteur de l’hydroxylation, le FG-2216, pour stabiliser le système HIF.

L’administration orale de FG-2216 a plus que décuplé la synthèse d’EPO, y compris chez des patients dialysés néphrectomisés. Les chercheurs ont ainsi montré que le médicament stimule la production endogène d’EPO par le rein malade mais aussi par des tissus extra-rénaux, comme le foie. Ainsi, les taux hormonaux ont été multipliés par un facteur 30,8 chez les patients dialysés avec reins, par 14,5 chez les patients dialysés sans reins et par 12,7 chez les volontaires sains.

Le FG-2216 représente une alternative aux agents stimulant l’érythropoïèse (ASE) bien connus en pratique. Bien qu’utilisés depuis une vingtaine d’années, ces produits font encore l’objet de controverses quant à leur sécurité d’emploi, leurs indications exactes et leur coût. Si aucun effet secondaire grave n’est survenu avec le FG-2216 au cours de cette étude de phase 1, l’efficacité et la tolérance à plus long terme restent à évaluer.

D'après le Quotidien du Médecin du 30/11/2010

« Journal of the American Society of Nephrology », 29 novembre 2010. doi 10.1681/ASN.2010010116.


 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.