Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

Le Comité consultatif d'éthique rend public un avis sur le don et la greffe d'organes

Mis à jour le jeudi, 16 juin 2011 08:15 - Écrit par Yvanie le mercredi, 15 juin 2011 10:45

Le Comité consultatif d'éthique rend public un avis sur le don et la greffe d'organes

A la veille de la journée de réflexion sur le don d’organes, le 22 juin, le Comité consultatif national d’éthique estime qu’il est nécessaire de « diffuser bien plus largement » l’information sur les conditions légales du prélèvement post mortem.
Dans son avis n°115 sur les « questions d’éthique relatives au prélèvement et au don d’organes à des fins de transplantation », le Comité consultatif national d’éthique (ccne-ethique.fr) recommande d’inciter les gens à parler de leur position à leurs proches, « pour que ces derniers puissent mieux témoigner de la volonté du défunt auprès du personnel de la coordination hospitalière responsable du prélèvement ».

Selon le comité, il faut également maintenir une séparation nette entre les équipes de réanimation, « dont l’objectif ne doit être que l’intérêt du patient », et les équipes du prélèvement, « qui interviennent de façon seconde, après constat de la mort et qui doivent, en fin d’intervention de prélèvement d’organes, veiller à la meilleure restitution tégumentaire possible du corps ».

En ce qui concerne les greffes de donneur vivant, le CCNE insiste sur le lien que suppose le don. Les responsables de la coordination de la transplantation, « trop peu nombreux en France », doivent assurer le suivi des donneurs vivants bien après le don.

Le CCNE estime que l’inscription sur la liste d’attente pour une greffe de rein ne doit pas dépendre des équipes de dialyse, pour éviter tout conflit d’intérêt.  

Le CCNE recommande de redoubler de prudence dans l’éventuel débat éthique relatif à la catégorie III de Maastricht : la loi du 22 avril 2005 dite loi Leonetti sur la limitation et les arrêts de traitement tant attendue « n’équivaut pas à une autorisation de prélèvement dans cette situation ». « Seule une compréhension en profondeur de cette loi peut retirer toute suspicion à son égard », estime le CCNE. 

Voir l'avis sur le site du CCNE

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.