Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
Les dernières actualités

L’hormone de croissance restera remboursée pour les enfants vivant avec une insuffisance rénale chronique

Mis à jour le dimanche, 05 février 2012 08:14 - Écrit par Yvanie le dimanche, 05 février 2012 08:14

L’hormone de croissance restera remboursée pour les enfants vivant avec une insuffisance rénale chronique

La Haute autorité de santé (HAS) a réévalué les traitements par hormone de croissance prescrits à des enfants n'ayant pas de déficit de cette hormone mais qui peuvent, grâce à ce traitement, gagner quelques centimètres, ou améliorer leur état de santé général. Sont bien entendu concernés les enfants atteints d'insuffisance rénale chronique, dont on connait les effets sur la croissance... Pourtant, le traitement de ces enfants était sur la sellette et le déremboursement de l'hormone de croissance était envisagé dans ce cas. 

Les conclusions sont en faveur du maintien du remboursement, à condition de respecter strictement les précautions d’usage et de faire bénéficier les enfants d’une prise en charge globale. Selon la HAS, "l’administration de l’hormone de croissance peut permettre un gain de taille variable selon les enfants. Mais les preuves de cette efficacité demeurent de faible niveau et les données actuellement disponibles ne permettent ni d’infirmer ni de confirmer un sur-risque de décès à long terme lié à ce traitement par hormone de croissance. C’est dans ce contexte que le remboursement de l’hormone de croissance est maintenu". 

Pour les endocrinologues et les associations de patients, le service rendu par l'hormone de croissance ne se discute pas. "C'est un véritable handicap de mesurer 1,50 m dans notre société lorsqu'on est un homme", insiste le Pr Juliane Léger, endocrinologue à l'hôpital Robert-Debré (Paris). "C'est vrai aussi que ces traitements coûtent 6.000 à 10.000 euros par an. Nous devons savoir les arrêter s'il n'y a pas d'accélération de croissance au bout d'un an.".

Sources : Communiqué de presse de la Haute autorité de santé (HAS), 23 janvier 2012

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.