Don d’organes et greffes en France

Le prélèvement d'organes en France

Mis à jour le jeudi, 29 juillet 2010 06:36 - Écrit par Yvanie le mardi, 30 juin 2009 01:04

Pour qu'il puisse y avoir greffe, il faut qu'il y ait prélèvement...

A l'heure actuelle, les organes greffés peuvent provenir de donneurs vivants ou de personnes décédées.

Cette rubrique est consacrée à ce type de prélèvement qui intervient après la mort du donneur.

alt


C'est un état très différent du coma, puisque le cerveau est définitivement détruit.

La mort encéphalique, définie comme la "destruction du tronc cérébral associée à celle des hémisphères du cerveau", est un état très rare (2.238 identifiés en France en 2001 sur environ 500.000 décès).

Son diagnostic doit être effectué par deux médecins non impliqués dans une quelconque activité de transplantation. La mort encéphalique est déclarée après examen clinique constatant :

Les radios comparatives suivantes montret très clairement la différence entre un cerveau qui fonctionne (circulation sanguine visible) et un cerveau détruit.

un cerveau fonctionnant normalement : le sang circule et oxygène les vaisseaux le cerveau d'une personne en état de mort encéphalique : le sang ne circule plus dans les vaisseaux, le cerveau est détruit

 

Un prélèvement d'organes ne peut donc être réalisé que dans un service de réanimation, et par des établissements autorisés.

 

 


La chaîne qui mène du prélèvement à la greffe est longue et complexe. Entre le moment de l’identification du donneur et celui de la greffe des organes prélevés, plus de 24 heures peuvent s’écouler, durant lesquelles une activité très intense et organisée est réalisée. Celle-ci peut se résumer par les étapes suivantes :

Afin de permettre à tout un chacun de mieux cerner la complexité du processus ainsi que la rigueur dont il fait l'objet, voir le site de l'Agence de la biomédecine sur la chaîne du prélèvement.