Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
En pratique, après la greffe...

Le suivi après la greffe

Mis à jour le mardi, 29 mai 2012 11:45 - Écrit par Yvanie le jeudi, 06 août 2009 01:13

Le contenu de ces pages est très largement inspiré de celui de la brochure "la Nouvelle étape", avec l'aimable autorisation de son auteur, le Dr Christian Hiesse, néphrologue, spécialiste de transplantation rénale, hôpital Foch, Suresnes. Qu'il en soit vivement remercié !

Les premiers mois après la greffe : un suivi rapproché

Au cours des trois premiers mois qui suivent la sortie d’hôpital, le suivi doit impérativement être étroit. Les visites médicales et les examens sont très fréquents.

L’objectif est de vérifier que tout se passe bien et de détecter toute complication potentielle, qui pourrait passer inaperçue.

Schématiquement, pendant cette période, ce suivi comporte :

  • Une ou deux fois par semaine, des analyses de sang et d’urine, destinées notamment à contrôler la fonction du rein greffé et le dosage des médicaments immunosuppresseurs (la prise de sang est réalisée le matin à jeun, soit immédiatement avant la prise du médicament, soit deux heures après).
  • Une fois par semaine, une consultation avec un médecin transplanteur, qui comprend en général un examen clinique, une prise de tension, la surveillance des examens biologiques et parfois une échographie-Doppler du greffon rénal.

En général, la consultation a lieu le lendemain ou quelques jours après la prise de sang, de façon à disposer de ses résultats.

Au terme de cette consultation, les dosages des médicaments peuvent être modifiés. Si une anomalie est détectée, une hospitalisation est toujours possible.

D’une manière générale, les traitements immunosuppresseurs vont en diminuant au cours des premiers mois après la greffe.

A partir du deuxième trimestre : une surveillance assouplie.

Au fur et à mesure que le temps passe et si tout va bien, le délai entre chaque consultation s’espace progressivement pour atteindre environ une fois par mois, puis une fois tous les deux à trois mois après la première année.


Les bilans périodiques

Périodiquement (habituellement tous les ans, parfois plus fréquemment), des « bilans » approfondis sont réalisés.

Dans certains cas (par exemple, si une biopsie du greffon est requise), ils peuvent être faits durant une hospitalisation de jour, ou donner lieu à une brève hospitalisation.

Outre la surveillance clinique qui est réalisée durant la consultation (symptômes éventuels, poids, tension artérielle, température, etc.), un certain nombre d’examens sont faits, de manière systématique ou non...


Les examens sanguins

alt

  • Dosage de la créatinine dans le sang
    C’est l’élément de surveillance le plus important, qui mesure la fonction du greffon. La créatinine est dosée à chaque visite, et dès qu’il y a un quelconque problème.
  • Le dosage des médicaments immunosuppresseurs
    Beaucoup de médicaments immunosuppresseurs doivent être dosés dans le sang, pour éviter des problèmes liés au surdosage (effets toxiques), ou à l’inverse un sous-dosage.
  • La numération des globules, ou numération formule sanguine, ou NFS
    Les globules blancs, les globules rouges et les plaquettes sont surveillés régulièrement après la greffe.
  • Les globules rouges (hématies) sont interprétés par le chiffre de l’hémoglobine et celui de l’hématocrite. Après une greffe réussie, l’hémoglobine, dont le taux a pu un peu diminuer après l’opération, redevient normale (au-delà de 12g/dl) sans EPO, en 2 à 3 mois. Pour aider cette récupération, du fer et des vitamines peuvent être prescrits à la période initiale de la greffe. Si la remontée est trop lente, notamment si le rein fonctionne avec retard, de l’EPO peut également être prescrit.
  • Le nombre de globules blancs (leucocytes) est soumis à d’importantes variations dans la période initiale de la greffe, en raison des traitements immunosuppresseurs (qui peuvent les faire baisser), des corticoïdes (qui peuvent les faire augmenter) et d’éventuelles infections. Après la sortie, les globules blancs sont régulièrement surveillés.
  • Les plaquettes : Comme pour les globules blancs, certains médicaments immunosuppresseurs sont susceptibles de les faire baisser, et le chiffre est régulièrement surveillé.
  • Le bilan phospho-calcique, comme en dialyse, est un élément de surveillance très important après la greffe.Lorsque tout marche bien, le rein fabrique à nouveau de la vitamine D active, et tout le bilan phospho-calcique revient habituellement à la normale en quelques semaines. Dans certains cas, surtout si les problèmes de calcium ont été négligés avant la greffe, les problèmes persistent et la glande parathyroïde continue à fonctionner excessivement, entraînant une augmentation du calcium qu’il faut corriger par des médicaments voire, très rarement, par une opération pour faire l’ablation d’une ou plusieurs glandes parathyroïdes : la parathyroïdectomie. A plus long terme, notamment chez les femmes après la ménopause, une diminution de la minéralisation des os peut apparaître, c’est l’ostéoporose. Des explorations et un traitement particuliers sont proposés.
  • Le bilan hépatique sert à dépister des éventuels problèmes de fonctionnement du foie et des voies biliaires.
  • Le bilan lipidique, cholestérol notamment, dont l’excès doit être traité.
  • Les sérologies virales qui permettent de repérer dans le sang de la présence d’une infection virale, soit par la détection du virus lui-même (ARN viral), soit par la trace d’une réaction de l’organisme prouvant l’infection (anticorps) récente (taux élevés) ou ancienne/ou vaccinale (traces).

 


Les examens urinaires

  • L’examen cyto-bactériologique (ECBU) permet de dépister les infections urinaires.
  • La recherche d’albumine, dont la présence est anormale et indique un problème de fonctionnement du rein greffé.
  • Le dosage entre autres de la créatinine et du sodium dans les urines, qui sont aussi des témoins du fonctionnement du rein greffé.

La biopsie du greffon

Il s’agit d’un examen classique après la greffe, indolore et anodin s’il est réalisé par un opérateur expérimenté. C’est un examen plus facile que la biopsie des reins « natifs », car le rein greffé est situé immédiatement sous la peau, et certaines équipes la réalisent en simple « hôpital de jour », avec une surveillance de quelques heures.

Le greffon est repéré avec l’aide d’un échographe. Une anesthésie locale est réalisée pour endormir la peau. Un ou plusieurs fragment(s) microscopique(s) de rein sont ensuite prélevé(s) par un dispositif automatique comportant une aiguille. 

 

alt

 

L’examen dure environ 15 minutes, et il n’est ni douloureux ni dangereux pour le greffon si toutes les précautions sont prises.

Il est important, dans les heures suivant l’examen, de rester allongé dans un lit sans bouger.

Après la biopsie, il est possible de trouver un peu de sang dans les urines. Le saignement se tarit habituellement spontanément, et n’a aucune conséquence sur le fonctionnement du rein greffé. Exceptionnellement, une sonde urinaire doit être posée.

 

En cas de persistance d’un saignement et/ou un saignement abondant, il est nécessaire de prolonger l’hospitalisation de quelques jours. Une transfusion peut être indiquée ; Exceptionnellement, une intervention chirurgicale ou radiologique peut être nécessaire.

En général, les biopsies sont pratiquées :

  • Au début de la greffe, pour rechercher et mesurer les réactions de rejet, et d’autres problèmes pouvant survenir (toxicité des médicaments immunosuppresseur par exemple).
  • Lorsqu’une anomalie de la fonction du greffon est identifiée (par exemple augmentation de la créatinine) pour diagnostiquer un éventuel rejet
  • Par certaines équipes de manière systématique (par exemple à 3 mois, 1 an, 5 ans après la greffe) dans le but de connaître l’état du greffon et de diagnostiquer un éventuel rejet à un stade très précoce

 


L'échographie du greffon

alt

Elle permet d’examiner le greffon avec des ultra-sons, et de savoir, notamment si la créatinine est élevée, s’il y a un problème mécanique : calcul, obstruction, fuite d’urines au niveau de la vessie, etc.

Le plus souvent, cet examen est fait simultanément avec un Doppler des vaisseaux du greffon (écho-doppler), qui permet de dépister d’éventuelles anomalies des artères et des veines qui irriguent le greffon.


 


 

 D'autres explorations

Certains examens, par exemple DFG (débit de filtration glomérulaire), électro cardiogramme, échographie des reins propres, échographie cardiaque sont renouvelés régulièrement à l’occasion des bilans annuels, pour dépister une éventuelle anomalie.

Un suivi dermatologique doit être prévu, au moins sur une base annuelle. Les femmes doivent également continuer un suivi gynécologique régulier et la méthode contraceptive doit être adaptée au traitement médicamenteux.


Les recommandations de la Haute Autorité de Santé

En fonction des équipes, le suivi varie fréquemment, tant en ce qui concerne sa fréquence que les examens demandés ou les spécialités impliquées...

Face à cette hétérogénéité des pratiques, la Haute Autorité de Santé a publié à l’automne 2007 un rapport et une série de recommandations relatives au suivi des transplantés rénaux au-delà de trois mois post greffe.

L'objectif de ces recommandations est d'assurer une qualité optimale pour le suivi et la prise en charge de l’adulte transplanté rénal dans le cadre du suivi partagé entre l’équipe de transplantation et le médecin et les autres professionnels de la santé correspondants amenés à intervenir.

Les questions abordées sont les suivantes :

  1. les principes généraux du suivi partagé au-delà de 3 mois après transplantation rénale
  2. la surveillance de la fonction rénale,
  3. le suivi immunologique,
  4. le suivi du traitement immunosuppresseur,
  5. la prévention du risque cardio-vasculaire,
  6. le suivi de la polyglobulie et de l'anémie,
  7. le suivi carcinologique,
  8. le suivi osseux,
  9. le suivi infectieux,
  10. le suivi urologique et chirurgical,
  11. le suivi de la fonction sexuelle,
  12. la contraception et la grossesse,
  13. le suivi de la qualité de vie.

Documents à télécharger :

 

4 commentaires
 
+2 # Loulou1963 - Le 24 octobre 2013 à 10h09
Je découvre les différents dossiers c'est super je trouve plein de renseignements importants Merci à tous
 
 
+3 # alexandralalycéenne - Le 21 janvier 2016 à 05h45
bonjour je cherche une personne qui a subit une greffe de rein. Je souhaiterai que cette personne me contact afin que je l'interroge sur le suivi, la prise en charge d'un greffé post-opératoire . Merci de joindre assez rapidement
 
 
0 # Tsanta - Le 15 juin 2016 à 10h27
Bonjour je suis un nouveau adherant,je vient de Madagascar je fait de la dialyse maitenant mais je voulait une transplantation car la dialyse devient une traitement tre lourde j ia besoin de votre aide pour trouver une solution,je suis encore a Madagascar en attente de votre soutient
 
 
-1 # Tsanta - Le 15 juin 2016 à 10h30
j ai meme pas les moyens pour ma transplantation vu que je suis dans un pays en cour de devellopement mais j ai besoin de votre soutien merci et a bientot
 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.