Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
En pratique, après la greffe...

Les complications de la transplantation rénale

Mis à jour le mardi, 12 mars 2013 06:55 - Écrit par Yvanie le jeudi, 06 août 2009 01:06

Le rejet chronique, ou néphropathie chronique du transplant

Le rejet chronique est la destruction progressive, en quelques mois ou années du greffon. On appelle ce processus également « néphropathie chronique du transplant ».

Il se manifeste en général par un moins bon fonctionnement du greffon (la créatinine est plus élevée), et il est confirmé par une biopsie.

L’évolution du rejet chronique est similaire à celle de la plupart des maladies rénales qui ont conduit, avant la greffe, à l’insuffisance rénale : c’est une dégradation progressive (souvent sur des années) de la fonction rénale.

La créatinine s’élève progressivement, et au-delà d’un certain seuil, il faut reprendre la dialyse. Lorsque la surveillance est attentive après la greffe et que le rejet chronique est reconnu très tôt, des mesures efficaces peuvent être prises pour en ralentir l’évolution.

Il faut notamment bien contrôler la tension, et souvent faire des modifications du traitement immunosuppresseur.

Le rejet chronique est la principale cause d’échec à distance de la greffe.

1 commentaire
 
+8 # mielvalama - Le 03 octobre 2012 à 01h56
Greffée renale depuis mai 2010, après un an de "pause" j'ai de nouveau des infections urinaires d'e-coli et je cherche par tous les moyens à m'en débarasser définitivement. Observant les règles d'hygiène, buvant 2 l d'eau par jour, toilette à la bétadine.... y a-t-il un moyen que j'ignore d'éradiquer à tout jamais cette "cochonnerie" qui empoisonne ma vie et peut être mon greffon Merci à tous ceux et celles qui prendront le temps de me répondre et bonne journée
 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.