Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
En pratique, après la greffe...

Les complications de la transplantation rénale

Mis à jour le mardi, 12 mars 2013 06:55 - Écrit par Yvanie le jeudi, 06 août 2009 01:06

Le risque augmenté de cancer

On estime qu’en moyenne, le risque de survenu d’un cancer chez une personne transplantée est multiplié par 4 (Buell JF et al. Malignacy after transplantation. Transplantation 2005, 80 : S254 – S264) par rapport à la population générale.

Le principal facteur qui explique cette augmentation est lié à la diminution du système immunitaire et à l’intensité du traitement immunosuppresseur.

Certaines infections virales, dont le développement est favorisé par l’immunosuppression, jouent également un rôle très important dans le développement de cancers post transplantation (par exemple les virus EBV, de l’hépatite B et C, les papillomavirus…).

Il est à noter que :

  • La plupart des cancers rencontrés dans la population générale (poumons, sein, colon, utérus, prostate) sont aussi fréquents (mais pas plus) chez le transplanté que dans la population générale.
  • Les fumeurs, sont exposés à un risque accru de cancer des poumons.
  • Les patients dont la consommation d’alcool est excessive voient leur risque de cancer digestif (œsophage, estomac, foie) augmenté.
  • Certains cancers très rares dans la population générale sont plus fréquents chez le transplantés, mais ils demeurent rares. C’est le cas notamment des cancers des ganglions (lymphomes) qui sont le plus souvent causés par une infection virale à EBV (Epstein-Barr virus).
  • Un problème spécifique est celui des tumeurs de la peau : carcinomes spino-cellulaires, et baso-cellulaires (plus rarement mélanomes). Ces cancers représentent 28% de l’ensemble des cancers chez les transplantés (Penn I. Post-Transplant Malignancy. The Role of Immunosuppression. Drug Safety 2000 ; 23(2) : 101-113). D'où la nécessité d'un suivi dermatologique régulier. Ces tumeurs sont très fréquentes après greffe, surtout chez les personnes au teint clair. Le risque est considérablement augmenté en cas d’exposition au soleil. Ces tumeurs ne sont pas graves si on effectue leur ablation chirurgicale (sous anesthésie locale) avant qu’elles ne s’étendent.
1 commentaire
 
+8 # mielvalama - Le 03 octobre 2012 à 01h56
Greffée renale depuis mai 2010, après un an de "pause" j'ai de nouveau des infections urinaires d'e-coli et je cherche par tous les moyens à m'en débarasser définitivement. Observant les règles d'hygiène, buvant 2 l d'eau par jour, toilette à la bétadine.... y a-t-il un moyen que j'ignore d'éradiquer à tout jamais cette "cochonnerie" qui empoisonne ma vie et peut être mon greffon Merci à tous ceux et celles qui prendront le temps de me répondre et bonne journée
 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.