En pratique, avant la greffe

Accès à la greffe rénale et groupe sanguin

Mis à jour le samedi, 30 janvier 2010 04:50 - Écrit par Yvanie le samedi, 30 janvier 2010 04:50

Accès à la greffe rénale et groupe sanguin


Cet article est issu de l’intervention d’Emilie SAVOYE, de la Direction médicale et scientifique de l’Agence de la biomédecine lors des Journées de l’Agence 2009.
Voir les actes de ces journées.

En France, entre 1997 et 2008, la pénurie de greffons rénaux s’est régulièrement aggravée, conduisant à une augmentation des malades en attente d’environ 4% chaque année avec une augmentation totale de 70% en 12 ans.

Le nombre de greffes annuelles ne permet pas d’équilibrer le nombre de nouveaux inscrits, aboutissant à une accumulation des malades sur la liste d’attente. Face à cette situation, une analyse et une réflexion sur l’équité d’accès à ces greffons en nombre insuffisant est nécessaire.

Les rapports annuels d’activité de l’Agence de la biomédecine mettent, en effet, en évidence des disparités sur le territoire. Les médianes d’attente sont également très différentes selon les régions de domicile des malades avec des valeurs allant de 6,4 mois en Poitou-Charentes à 32,9 mois en Ile-de-France pour les malades inscrits entre 2003 et 2008 (en dehors des DOM).

En particulier, il existe une difficulté croissante d’accès des malades de groupe B avec une augmentation de la médiane d’attente. Cette difficulté particulière d’accès à la greffe des sujets de groupe B a conduit à mettre en place une étude dont l’objectif est de décrire l’évolution de ces disparités.

L’évolution du devenir des malades sur Liste Nationale d’Attente selon leur année d’inscription et leur groupe sanguin entre 1997 et 2008 et en dehors des malades en attente de donneurs vivants montre les résultats suivants :

La pénurie d’organe est plus importante chez les B et les O avec respectivement 16% et 23% des malades greffés en 2008 contre 38% chez les A.

L’analyse de l’évolution de la médiane d’attente avant greffe met en évidence une augmentation de 2 mois par période selon la période d’inscription (14,2 mois pour les inscrits entre 1995 et 1998, 16,0 mois pour les inscrits entre 1999 et 2002, et 18,4 mois pour les inscrits entre 2003 et 2008).

L’analyse par groupe sanguin montre une stabilité de la médiane d’attente pour les groupe sanguin A et AB, une hausse de 3 mois pour la dernière période d’inscription pour les O et une hausse de 6 mois puis 14 mois entre les périodes pour les B.

Ainsi, la différence de médiane d’attente entre les A et les B est passée d’un écart de 9 mois à un écart de 27 mois entre 1997 et 2008.