La dialyse

Signification des résultats biologiques en hémodialyse

Mis à jour le jeudi, 01 octobre 2009 01:51 - Écrit par Yvanie le vendredi, 26 juin 2009 01:26

Les patients dialysés sont soumis à de très réguliers examens sanguins. Certains des résultats obtenus peuvent avoir des impacts importants sur leur état de santé et leur qualité de vie.

Les pages qui suivent exposent la signification des principaux chiffres à connaître.

Attention, les normes dépendent du laboratoire et de la méthode utilisée pour l'analyse, elles peuvent donc varier légèrement. Elle ne sont mentionnées qu'à titre indicatif et concernent la population générale, donc non insuffisante rénale. Les valeurs cibles au cours de la dialyse dépendent de chaque individu. Interrogez votre néphrologue à ce sujet...


Le sang est composé de deux substances distinctes :

alt

L'oxygène pénètre dans les poumons lorsque nous respirons, puis il est transporté dans tout le corps par le sang.
Les globules rouges contiennent une substance appelée hémoglobine, qui sert au transport de l'oxygène.

La numération-formule sanguine (NFS) permet de mesurer le nombre d'éléments de chacune des trois catégories de cellules sanguines.

La mesure de la quantité d'hémoglobine dans le sang donne une indication de la quantité de globules rouges présente dans l'organisme. Si elle est inférieure à la normale, cela traduit une anémie. Un des principaux symptômes de l'anémie est la fatigue, c'est donc un état qui a une grande influence sur la qualité de vie des malades dialysés. En effet, une des fonctions des reins est de produire l'hormone nécessaire à leur fabrication. Le traitement par EPO doit parvenir à compenser cette anémie.

alt

Normes : 11,5 à 17,2 g pour 100 ml

L'hématocrite est le rapport entre le volume occupé par les globules rouges et le volume sanguin total, exprimé en pourcentage.

Normes : de 37 à 54%


L'ionogramme est le dosage des principaux ions du sang. Il existe des éléments chargés positivement, les cations, et des éléments chargés négativement, les anions. Ils doivent être en état d'équilibre.

Le potassium (K+) est un minéral qui est normalement éliminé par les reins. Des niveaux trop bas (hypokaliémie) ou trop élevés (hyperkaliémie) de potassium peuvent entraîner des troubles du rythme cardiaque. Chez les dialysés, le potassium n'est pas éliminé par les reins et il tend à augmenter, il est donc important de limiter ses apports dans l'alimentation entre deux dialyses.
Normes : 3,5 à 5 mEq/l

Les réserves alcalines : Les reins contribuent à maintenir l'équilibre acido-basique de l'organisme. Durant l'insuffisance rénale, cet équilibre peut être rompu et entraîner une acidose, soit un Ph sanguin inférieur à la normale. Dans ce cas les réserves alcalines chutent. On peut compenser cette baisse en absorbant des bicarbonates, présents dans certaines eaux minérales (Vichy Célestin...) ou sous la forme de gélules de bicarbonate de sodium préparées par le pharmacien.
Normes : entre 23 et 29 mEq/l

Le calcium (Ca++) et le phosphore sont des minéraux qui ont une influence importante au niveau osseux. Là aussi, les dialysés peuvent être amenés à contrôler leurs apports alimentaires.
Normes pour le calcium : 2,5 mmol/l
Normes pour le phosphore : de 0,9 à 1,5 mmol/l


Ce sont deux des substances les plus importantes qui sont normalement éliminées par les reins.

La créatinine résulte de la dégradation des protéines par l'organisme. Le dosage de la créatinine sanguine (ou créatininémie) donne une indication de la fonction rénale.

Lorsque la créatinine sanguine est normale ou basse, la fonction rénale est bonne. Lorsque la créatinine est élevée, elle témoigne d'une insuffisance rénale. Les valeurs considérées comme normales sont variables et dépendent notamment de la masse musculaire : les personnes très musclées ont donc une créatininémie plus élevée, sans que cela soit un indice de dysfonctionnement rénal.

Normes : 70 à 110 µmol/l (variables en fonction de l'âge et de la constitution physique)

Chez les patients hémodialysés, le taux de créatinine varie en fonction du temps écoulé depuis la dernière dialyse (plus ce temps est important, plus il augmente), mais il reste de toute façon largement supérieur à la normale.

La clairance de la créatinine : Il s'agit d'une valeur qui est parfois utilisée pour évaluer la fonction rénale. Elle correspond au volume de sang épuré de sa créatinine en une minute.

Normes : 125 ml/mn

L'urée est un déchet provenant des protéines apportées par l'alimentation, qui s'accumule dans le sang lors de l'insuffisance rénale. Autrefois, c'est le taux d'urée dans le sang qui servait de référence pour apprécier la fonction rénale, d'où le terme "urémique" qui était alors utilisé pour qualifier les insuffisants rénaux...

Normes : 2 à 8 mmol/l


La PTH (Parathyroid hormona) est une hormone produite par les glandes parathyroïdes.

Son taux peut devenir très élevé durant l'insuffisance rénale terminale, on parle alors d'hyperparathyroïdie.

Elle contribue à combler le déficit en calcium de l'organisme en allant mobiliser celui qui se trouve au sein même des os, ce qui peut engendrer une hypercalcémie et des problèmes osseux...

Normes : < 80 pg/mll


Elle correspond au dosage du taux de sucre dans le sang. Son contrôle est essentiel chez les malades diabétiques... qui constituent une importante proportion des hémodialysés ! Elle doit être dosée à jeun.

Normes : 0,8 à 1,1 g/l, soit 4 à 6,1 µmol/l


L'indice KT/V est utilisé pour mesurer la "dose de dialyse" administrée à un malade, qui doit permettre de déterminer si la dialyse est "adéquate". Son calcul est complexe et fait intervenir :

En général, on considère qu'une dialyse est adéquate lorsque le KT/V est supérieur à 1,2.

Un KT/V trop faible indique une mauvaise qualité de dialyse, qui peut avoir plusieurs origines :

Attention, un KT/V qui atteint la cible de 1.2 est sans aucun doute une condition nécessaire de bonne dialyse, mais certainement pas suffisante ! Beaucoup d'autres paramètres interviennent dans la qualité du traitement.