Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
La dialyse

Quelques infos sur la dialyse péritonéale

Mis à jour le lundi, 28 mai 2012 03:14 - Écrit par Yvanie le vendredi, 26 juin 2009 10:57

Il existe principalement deux techniques de DP, qui sont a priori équivalentes, mais dans la pratique on choisira celle qui est le plus adaptée à chaque patient. En effet, à la différence de l'hémodialyse, on ne peut pas choisir la qualité de la membrane échangeuse, et tous les péritoines ne fonctionnent pas de manière équivalente.

Grosso-modo, on peut distinguer :

  • le péritoine " hyper-perméable " : il laisse passer très facilement les molécules que l'on souhaite éliminer ; dans ce cas le liquide est très rapidement saturé, et il faut le renouveler très souvent ; on applique dans ce cas la technique de DP automatisée (DPA);
  • le péritoine " hypo-perméable " : il laisse moins facilement passer les dites molécules, et le liquide doit rester dans la cavité péritonéale plus longtemps pour épurer le sang suffisamment ; dans ce cas on choisit la DP continue ambulatoire (DPCA).
  • enfin le péritoine intermédiaire, dit " normo-perméable ", qui se contente aussi bien de l'une ou de l'autre technique.

Attention : avoir un péritoine hypo-perméable ne veut pas dire que l'on est moins bien dialysé ! Les deux techniques sont équivalentes, simplement l'une ou l'autre sont plus ou moins bien adaptées aux particularités physiologiques de chaque patient. La plupart du temps, les patients peuvent choisir librement leur technique de DP. D'ailleurs, au début de la dialyse, on a aucun moyen de connaître la perméabilité péritonéale. Les premiers tests sont effectués 3 à 6 mois après le début de la dialyse, et s'il apparaît que la technique choisie est mal adaptée, on peut en changer, mais cela arrive assez rarement en pratique. En première intention, on choisit souvent la DPA car elle est (un petit peu) moins contraignante.

La DPCA (dialyse péritonéale continue ambulatoire)

C'est la technique " à l'ancienne " : la dialyse s'effectue entièrement manuellement. On connecte un système appelé " double poche " au cathéter du patient. Il est constitué d'une poche de drainage (c'est-à-dire vide…) et d'une poche remplie de deux litres de solution de dialyse.

Dans un premier temps, la cavité péritonéale est vidangée dans la poche vide. Il suffit de la disposer sur le sol, le patient reste assis sur une chaise, et le liquide s'écoule sous la seule action de la gravité. Il faut environ 15 à 30 minutes pour vidanger complètement la cavité. Ensuite, on injecte le dialysat en accrochant la poche pleine à un pied à perfusion, et le liquide s'écoule, par gravité, dans le péritoine. L'injection va généralement un peu plus vite, et dure de 10 à 20 minutes. La plupart du temps on effectue quatre échanges dans la journée (matin, midi, soir, coucher), et on garde un liquide à plus longue durée d'action pour la nuit. Il est aussi possible, au moyen d'un appareillage très simple, de réaliser un échange supplémentaire la nuit, sans avoir à se réveiller.

La DPA (dialyse péritonéale automatisée)

C'est une technique plus moderne, qui est généralement choisie car elle est un peu moins contraignante. Dans ce cas, tous les échanges ont lieu la nuit.

Il faut installer suffisamment de poches sur un appareil appelé " cycleur ", de les relier entre elles, puis de connecter le cathéter à l'appareillage. La machine prend ensuite en charge les vidanges et les injections. Dans ce cas les temps de stagnation sont plus courts, ce qu'on compense en augmentant le nombre des échanges (6 à 8 échanges avec des volumes de 2 à 3 litres, en général le volume total doit se situer entre 15 et 20 litres). La durée totale du traitement (sans compter le temps nécessaire à l'installation et la désinstallation des poches) s'échelonne de 8 à 10 heures.

La journée, on restera selon les cas le ventre vide, ou bien rempli d'un liquide à plus longue durée d'action.

 

7 commentaires
 
+24 # M34170 - Le 20 mai 2013 à 12h07
C'est géniale d être là je me sens moins seule .
Ce la fais 1 mois que j'ai commencée à faire de la Dialyse péritonéale chez moi la nuit et cela se passe bien, beaucoup d'alarme mais rien de grave je viendrais souvent vous voir on ne sait jamais merci .
 
 
+33 # fabyedu07 - Le 28 janvier 2014 à 04h36
COMBIEN MESURE UN CARTON DE DYALISE
 
 
+20 # kamadi - Le 12 mars 2014 à 12h27
Le péritoine est merveilleux
 
 
-11 # coco13 - Le 14 juin 2014 à 05h03
Bonjour
Mon fils fait la leritoneale depuis deux mois mais toujours pas possible de la faute automatisee car il a enkor mal il na rrive. Pas a tout evacue
Je ne sais pas si il y a un delai d adaptation
Est ce que pour vous tout a marche immediatement
 
 
+2 # Manou - Le 06 octobre 2016 à 10h03
On parle peu de la dialyse péritonéale et pourtant grâce à cette technique j'ai pu mener une vie "normale" pendant trois ans. Je suis partie en weekend ou en vacances en province, le jour je vivais normalement sauf que j'étais plus vite fatiguée et la nuit je dormais bien. Je recommande cette dialyse.
 
 
+4 # aurore354 - Le 29 mars 2020 à 09h26
Bonjour a tous
Moi je viens de me faire poser le cathéter de dyalise péritonéale le 17 mars 2020 sa fais 5 ans qu on ma annoncer que j'avais la maladie de berger jusqua la sa pouvais aller et fin d annee 2019 tout a commencer a changer grosse fatigue les analyse etzit de plus en plus mauvaise jusqua se fameux matin ou en allant au toilette tout a basculer je me suis retrouver super mal toute seule avec mes 2 enfants impossible de sortir des toilettes tellement la douleur etzit présente et des vomissement a plus en pouvoir... jai rendez chez le médecin dans l apres midi qui m annonce quil faut aller au urgence parce quil pense a une appendicite donc je ne suis pas contrariante et jy vais je passe la nuit la bas avec une tension a 20 ( le personnel des urgence qui etzit en panique et qui on repris ma tension 4 fois pour être sur alors que je leurs avais déjà dit que j'avais une maladie de berger ) les resultat tombe on m annonce que je suis en Irm terminale.. et que du coup c est pas une appendicite mais l aggravation de ma maladie .. je fini donc ma nuit en néphrologie et je voit arriver un médecin qui ma montre une feuille avec ma courbe d aggration de maladie ... et pas besoin quil m explique jai compris directe que si on fesai rien dans les prochain jours voir semaine on aller a la catastrophe... pas le temps de réagir que un puis deux puis 3 médecin passe dans la chambre pour faire des examin et plein de question arrive je percute pas et la on me parle sérieusement de dyalise avant une cathéter dans le cou je refuse puis la fistule que je refuse aussi et la on me parle de la dyalise péritonéale a domicile... jai dit cest ce quil me faut jai deux enfant en bas âge je veux pas leur faire subir que maman part a l hopital plusieurs dans la semaine et moi et les piqure on est pas bonne amie ... il me laisse sortir après une semaine a l jopital et la le telephone a fais que de sonner pour des rendez a domicile pour le materiel... rdv anesthesiste etc en plus très mauvaise période en plein (coronavirus ) donc je commencer a avoir peur ... je rentre le 17 mars au matin il m opere dans la matine je retourne dans ma chambre après l operation il mon laisser sortir le soir même jt contente de revoir mes deux amours .. maigres la douleurs et la fatigue
.. la sa fait 12 jours que le cathéter est mis en place le début a etait dur niveaux douleur mais aujourdhui je vais mieux ... jai pas encore commencer les dyalise j espere pouvoir tenir assez longtemps ... sa me fais peur les dyalise de nuit ...
 
 
0 # Stephanie0282 - Le 11 août 2020 à 06h13
bonjour , on m a posé mon cathéter y a 15 jours et je souffre encore bcp je sais pas si c est normal bcp de crampes à l estomac et aux intestins ...genre comme une grosse grippe intestinale. J ai très peur de la dyalise ....
 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.