Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
La greffe à partir d’un donneur vivant

Comité donneur vivant : "Notre rôle principal est de défendre les donneurs"

Mis à jour le mercredi, 15 juin 2011 05:08 - Écrit par Yvanie le lundi, 23 mai 2011 10:35

 

Renaloo : Comment délibérez-vous, notamment au cas où un refus sera prononcé ?

Dr Alain Tenaillon : Rappelons d’abord que nous rendons notre décision, une fois connue celle du Magistrat du Tribunal de Grande Instance.

Dans la très grande majorité des situations, la délibération se fait simplement et ses conclusions sont favorables(2). Mais il arrive parfois nous ayons des doutes face à la démarche de certains donneurs potentiels.

Nous échangeons avec l’équipe de greffe et/ou demandons des expertises médicales ou psychologiques complémentaires. Nous nous donnons toujours le temps nécessaire, même si la date de l’intervention a déjà été fixée.

Le cas où un enfant se propose de donner un rein pour un de ses parents est un de ceux auxquels nous sommes tout particulièrement attentifs. Leur démarche nous semble, de prime abord, un peu « contre nature ». En effet, qui sait si leurs propres enfants ou leur conjoint n’auront pas, eux-aussi, besoin d’être greffés un jour.

Aborder cela en profondeur avec eux et discuter avec l’équipe de greffe d’éventuelles solutions alternatives nous paraît donc essentiel avant d’accéder à leur demande.

Enfin, dans de très rares cas, le refus s’impose à l’évidence face à certaines démarches. D’ailleurs, le fait que le comité n’ait pas à motiver ce refus est un choix législatif en faveur du donneur potentiel. Au fond, la décision n’est pas la sienne, mais celle du Comité, qui en endosse la responsabilité, le protégeant ainsi des réactions de son entourage.

2- Entre le 1er juin 2005 et le 31 octobre 2009, 1083 donneurs vivants de rein ont été auditionnés. 12 refus d’autorisation ont été prononcés.

 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.