Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
La greffe à partir d’un donneur vivant

Les dons croisés

Mis à jour le mardi, 12 mars 2013 07:00 - Écrit par Yvanie le dimanche, 27 septembre 2009 11:32

Echange de bons procédés…

Peter va en effet pouvoir recevoir le rein de Paul.

Mary, quant à elle, va donner le sien à Barbara.

Jamais ils ne se rencontreront, leur anonymat respectif sera respecté.

Les prélèvements et les greffes seront organisés de façon simultanée.

Lorsqu’un don d’organe n’est pas possible pour des raisons d’incompatibilité, il est possible à deux couples donneur / receveur présentant une compatibilité croisée, d’envisager un « don croisé ». Cette technique consiste à faire appel à un autre couple en vue d’un échange d’organes.

Peter et Barbara vont quitter la liste d’attente, et les greffons de donneurs décédés qu’ils auraient finalement reçus iront à d’autres malades…

Bien entendu, cette histoire qui finit bien de l’autre côté de l’Atlantique est un peu schématisée : en pratique, Mary comme Paul devront passer par batterie d’examens, médicaux comme psychologiques. L’organisation est d’autant plus lourde que les quatre interventions doivent avoir lieu simultanément même temps, dans le même hôpital ou non, pour éviter tout risque de rétractation d’un des donneurs après que son proche ait été greffé !

Cet échange peut se faire de façon anonyme ou non, les pratiques varient en fonction des pays.

Les possibilités offertes par cette technique vont encore bien au delà.

Des combinaisons prévoyant notamment des donneurs vivants et des donneurs en état de mort encéphalique sont également envisageables.

Par exemple, imaginons que la fonction rénale de Paul ait conduit les médecins à le récuser en tant que donneur. Peter n’a donc pas reçu son rein.

Mais Mary a souhaité tout de même aller jusqu’au bout de sa démarche, elle a donné son rein à Barbara.

En « échange », Peter bénéficie d’une priorité sur la liste d’attente de rein de donneur décédé. Il est finalement greffé trois semaines après Barbara.

Le geste de Mary lui a permis d’éviter de longues années d’attente (à New York, les durées médianes d’attente pour un rein dépassent les dix ans… Plus de 7% des malades décèdent avant d’avoir pu être greffés).

 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.