Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
La greffe à partir d’un donneur vivant

Donneurs vivants, une grande enquête

Mis à jour le mardi, 29 mai 2012 10:33 - Écrit par Yvanie le vendredi, 29 avril 2011 06:24

 

La relation avec le receveur

En va-t-il de même de la relation avec le receveur ? On entend souvent dire que la greffe avec donneur vivant ferait du receveur un obligé permanent de son donneur, ce qui entraînerait des tensions psychologiques difficiles à vivre.

De fait, le thème de la dette inextinguible apparaît avec netteté dans certaines réponses, davantage entre frères et sœurs qu’entre parents et enfants ou entre conjoints

L’enquête a le mérite de le mettre en évidence mais aussi de le relativiser en le ramenant à ses justes proportions : 13 cas sur 501.

Dans l’immense majorité des cas, les relations entre donneur et receveur sont déclarées bonnes, excellentes et même, parfois, meilleures qu’avant la greffe. Le lien affectif est fort, et parfois renforcé.

Le sentiment de solidarité permettant de sauver une vie ou d’améliorer la qualité d’une vie l’emporte sur celui de la dépendance.
Le donneur partage le bonheur du receveur. Ils se réjouissent ensemble du bon coup qu’ils ont joué au destin.

A propos des relations donneur - receveur

  • "On s’aime autant sinon plus." "Nos relations sont effectivement encore plus fortes qu'avant", (un père)
  • "Je pense qu'il est encore plus fort." (un père)
  • "Elles n'ont pas changé : je suis sa mère et si j'ai des remarques à lui faire, je les lui fais en tant que maman et non en tant que donneuse." (une mère)
  • "Il est avant tout mon fils, je n'ai jamais pensé à lui comme mon receveur comme vous dites !" (une mère)
  • "Ce don, c'est une partie de moi qui n'est plus en moi !..." "C'est étrange quelque fois quand je regarde mon frère. Çà me donne la même sensation que lorsque je regarde ma fille. Elle a été en moi, mais ne l'est plus !" (une sœur)
  • "Elles sont encore plus fraternelles." (un frère)
  • "Cette opération nous a encore plus rapprochés, nous sommes liés." (une sœur)
  • "Depuis la greffe nous revivons comme tout le monde, nous profitons tous les jours de la vie encore plus qu'avant." (une épouse)

A propos de la dette

  • "Je n'attends aucune contrepartie pour mon geste. Mais juste que le receveur ne gâche pas le don que je lui ai fait, faire attention à sa santé." (un frère)
  • "Le receveur se sent redevable, il culpabilise dès que je suis fatiguée, elle va se cacher dans la chambre de peur qu'on lui fasse des reproches "c'est de ta faute" ; alors que ce n'est pas le cas mais ma fille culpabilise." (une mère)
  • "Je n'aime pas trop parler du don de rein, pour éviter au receveur de se sentir encore plus redevable, parce que je pense que ce doit être un sentiment qui est éprouvé par le receveur et qui me mettrait un peu mal à l'aise." (une sœur)
  • "Je ne lui ai pas parlé de la réaction de mon mari (qui ne veut plus le voir) pour ne pas le culpabiliser." (une sœur)
  • "Le seul "reproche" que je ferai au receveur, c'est cette obsession de parler du "rein donné" à chaque fois que nous nous voyons pourtant très souvent, c'est pesant parfois." (une sœur)

 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.