Identifiez-vous !
Adhérer à Renaloo Faire un don à Renaloo

Powered by Easytagcloud v2.1
La greffe à partir d’un donneur vivant

Donneurs vivants, une grande enquête

Mis à jour le mardi, 29 mai 2012 10:33 - Écrit par Yvanie le vendredi, 29 avril 2011 06:24

 

Suivi médical

Dans une enquête où la tonalité d’ensemble est optimiste et parfois enthousiaste, la question du suivi médical fait figure de point noir.

70 personnes, soit 15 % des cas, se plaignent, souvent avec amertume, de l’absence ou de l’insuffisance de suivi médical.
C’est à la fois peu (85 % de la population estime faire l’objet d’un suivi médical satisfaisant) et beaucoup. Car à travers le regret de n’être pas suivi médicalement, c’est aussi et peut-être surtout d’une absence de soutien psychologique et humain qu’ils se plaignent.

Le suivi médical régulier a certes des fonctions techniques quand il contrôle l’évolution de la tension, des taux de créatinine, la filtration glomérulaire et plus globalement l’état général du donneur. Il rassure.
Mais il constitue aussi une forme institutionnelle de reconnaissance par les dimensions humaines du colloque singulier.

Or, faute de cette écoute, les donneurs ont souvent le sentiment d’être abandonnés. Ils attendaient du geste accompli davantage de considération, de reconnaissance et de soutien de la part de l’institution médicale. Certains hôpitaux ne sont visiblement pas à la hauteur de leur geste.

 

Pour poster un commentaire veuillez vous identifier.